COMMUNIQUE ALES GROUPE

Paris, le 15 Juin 2017


Le 7 juin dernier, l'association UFC-Que Choisir a publié un dossier sur les "Ingrédients indésirables dans les cosmétiques". Elle y recense plus de 1 000 produits contenant des ingrédients décrits comme « indésirables ».

Le 8 juin dernier, 60 millions de consommateurs a publié un numéro hors-série sur les « cosmétiques non toxiques » avec un guide des produits sains et sûrs, laissant suggérer que les produits non listés sont par voie de conséquence directe des produits non sûrs pour l’usage qui en est prévu. 

Un certain nombre de nos produits comme ceux de nos concurrents ont été décriés car ils contiennent des ingrédients considérés, selon l'association UFC-Que Choisir, comme indésirables (par exemple le butylparaben, la cyclopentasiloxane, le BHT). 

Transmettre de l’information aux consommateurs sur les produits qu’ils utilisent est une nécessité, c’est ce que font ces associations via leurs revues.

C’est également ce que nous faisons en inscrivant sur les emballages de nos produits la liste complète des ingrédients contenus dans nos cosmétiques, jusqu’aux allergènes apportés par les matières premières qui constituent la formule.

Cette information est essentielle pour tous les consommateurs et principalement ceux qui se savent allergiques à certaines substances car il est capital de leur permettre de réaliser leur acte d’achat en connaissance de cause.

Cependant, nous contestons l’amalgame d’information qui est fait une fois encore, sur certains ingrédients en considérant que ces derniers sont tous indésirables ou toxiques pour un usage cosmétique, et ce quel que soit la nature chimique et les doses utilisées de l’ingrédient considéré, les données scientifiques connues sur ces derniers et leur conformité vis-à-vis de la réglementation en vigueur.

Notre utilisation de ces ingrédients est en effet en conformité avec la réglementation et avec les avis rendus par les experts scientifiques européens qui évaluent régulièrement leur danger, ainsi que le risque potentiel en fonction de leur utilisation (alimentaire, cosmétique, enfants, zone du corps particulière etc…).
Ces évaluations sont révisées lorsque nécessaire en tenant compte de l’évolution de l’état de l’art, ce qui a été le cas par exemple pour l’isobutylparaben interdit depuis 2015.

Toute modification de la règlementation cosmétique ou avis d’experts scientifiques rendu sur un ingrédient cosmétique entrainent une révision de nos formules et un ajustement dans nos développements par rapport aux nouvelles exigences.
Concernant le phénoxyethanol (conservateur) et l’ethylhexyl methoxycinnamate (filtre), cités pour des produits LIERAC dans UFC Que choisir, ils sont autorisés dans les produits cosmétiques : des avis d’experts ont été rendus au regard de données scientifiques avérées et probantes, permettant de conclure cette autorisation sous réserve qu’ils ne soient pas incorporés au-delà d’une dose maximum précisément évaluée.

Concernant la qualité de nos produits, ces derniers sont soumis à des procédures de contrôle à chaque étape de leur développement avant leur mise sur le marché.
Notre devoir est de répondre sur le risque lié à l’utilisation de nos produits dans les conditions raisonnablement prévisibles :
· En apportant notre savoir- faire d’experts
· En s’assurant de la conformité réglementaire face à une réglementation stricte
· En gérant ce risque grâce à l’évaluation de la tolérance avant la mise sur le marché.
· En répondant aux contrôles de nos ministères
· En garantissant la sécurité du produit fini par un expert avant sa mise sur le marché.

C’est en appliquant ces principes pour la sécurité de nos consommateurs, qu’ils nous renouvellent leur confiance depuis presque 40 ans.


Anne-Sophie DUSSERT
Directrice Recherche & Developpement