LA LUMIÈRE BLEUE, CETTE NOUVELLE POLLUTION QUI FAIT MAL AUX YEUX



Apparue avec les nouvelles technologies, la lumière bleue fait de plus en plus parler d’elle. Emise par les écrans devant lesquels nous passons beaucoup de temps, elle a envahi notre quotidien. Particulièrement éblouissante, cette pollution 2.0 provoque maux de tête, fatigue mais aussi un stress oxydatif, qui accentue les désordres esthétiques du regard : poches, rides, cernes et marques de fatigue.

Mal technologique du 21ème siècle


Comme les UV, la lumière bleue est naturellement émise par le soleil mais, comme les UV, elle devient nocive quand elle est présente en excès. Or, cette lumière est omniprésente dans notre quotidien car, en plus des rayons solaires, elle est également produite par les écrans numériques. Smartphone, ordinateur, télévision, sont autant de sources possibles. Il est aujourd’hui estimé que 60% de la population passe plus de 6 heures par jour devant un appareil numérique. Nos vies de plus en plus connectées nous exposent donc à un excès de lumière bleue.

Mal technologique du 21ème siècle


Comme les UV, la lumière bleue est naturellement émise par le soleil mais, comme les UV, elle devient nocive quand elle est présente en excès. Or, cette lumière est omniprésente dans notre quotidien car, en plus des rayons solaires, elle est également produite par les écrans numériques. Smartphone, ordinateur, télévision, sont autant de sources possibles. Il est aujourd’hui estimé que 60% de la population passe plus de 6 heures par jour devant un appareil numérique. Nos vies de plus en plus connectées nous exposent donc à un excès de lumière bleue.

Les conséquences sur l’organisme


La lumière bleue se caractérise notamment par un type de scintillement éblouissant qui n’est pas sans conséquence. Il faut savoir que les filtres naturels de nos yeux sont déjà incapables d’offrir une protection totale contre la lumière bleue émise par le soleil. Ils se retrouvent donc surchargés par cette source lumineuse artificielle supplémentaire, créant un véritable excès. Non pris en charge par nos défenses naturelles, la lumière bleue peut avoir différents effets sur l’organisme et affecter la vision (réduction des contrastes), entrainer une fatigue visuelle, des maux de tête voire une fatigue mentale et physique. La toxicité de la lumière bleue sur la rétine est aussi de plus en plus mise en évidence, et son implication dans l’évolution de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est fortement suspectée. Elle perturbe également la production de mélatonine, l’hormone qui pilote le sommeil et peut ainsi troubler notre horloge biologique interne rythmant l’alternance jour / nuit.



Le conseil LIERAC

On se déconnecte 1 heure avant le coucher ! Pour favoriser l’endormissement, fini les stories Instagram ou le dernier épisode de sa série au moment de se mettre au lit.

Les effets néfastes au niveau cutané


L’impact de cette lumière bleue sur la peau et ses cellules a récemment été démontré. Générant un excès de radicaux libres, elle induit un stress oxydatif à l’origine de nombreux dommages : ralentissement du renouvellement cellulaire, altération des lipides, dégradation des fibres de soutien, production de messagers inflammatoires. Tout cela accentue les désordres du contour des yeux et favorise leur installation.

Le plus LIERAC :


Une protection anti-lumière bleue intégrée dans la gamme Contour des Yeux DIOPTI. Des peptides, extraits du cacao, agissent comme des boucliers et diminuent la production de radicaux libres de -83%(1), contribuant ainsi à la régulation des désordres du contour des yeux.
(1) Test in vitro sur actif.



DIOPTI
SOINS CONTOUR DES YEUX
AUX PEPTIDES ANTI-LUMIÈRE BLEUE


DIOPTI
SOINS CONTOUR DES YEUX
AUX PEPTIDES ANTI-LUMIÈRE BLEUE


QUAND NOTRE REGARD NOUS TRAHIT

La zone du regard concentre ces petits défauts que l’on souhaite effacer : rides, poches, cernes, marques de fatigue. On vous dit tout sur ces désordres périoculaires.

LIRE LA SUITE

DIOPTI : UNE EFFICACITÉ CLINIQUEMENT PROUVÉE

Pas moins de 4 études cliniques menées sur plus de 150 femmes, le tout sous contrôle ophtalmologique.

LIRE LA SUITE